AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 

[SCENARIO DU BAL n°1] Soirée Costumé [Sujet Principal]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Loo

avatar

2ème Année/Admin


Messages : 50
Experience : 168
Date d'inscription : 27/10/2009
Age : 26
Age du personnage : 17 Ans
Situation : Célibataire

Sky-Children
Arme: Katana
Nom de la Bête: Anshin
Type de Bête: Loup Ailé

MessageSujet: Re: [SCENARIO DU BAL n°1] Soirée Costumé [Sujet Principal]   Ven 19 Fév - 2:18

Les coups affluaient. Un à un. Un coup de pied laissa place à un crochet bien placé. Parade. Douleur. Tant d’action qui se succédait. Inlassable. Ma respiration se faisait haletante alors que d’un bond j’esquivais le coup de katana de mon adversaire. Ma dague s’enfonça dans la table près de nous. Téléportations. Encore. Je soupirais. Ce petit jeu abusait ma patience. Il était derrière moi. Je sentais sa puissance. Je souris. Je basculais vers lui, mes mains se posèrent au sol et en un flip gymnastique je laissai mon pied percutait avec violence son visage. Il saignait. Moi aussi. Le sang s’insinuait entre mes lèvres en un nectar délicieux. Je me sentais étrangement vivante. Mon cœur battait à la chamade dans ma poitrine, réchauffant doucement mon être. L’adrénaline, puissant excitant au creux de mes veines. Personne ne pouvait comprendre cette sensation. Personne ne pouvait se délectait de cette chaleur enivrante venant du profond de l’être. Personne ne comprenait ce qu’était la froideur constante. Seule la fièvre des combats me faisaient vivre. Je me relevais, passant ma main sur mes lèvres. Un coup d’œil. Le rouge éclata à ma vue. Du sang. Beaucoup de sang. J’étais blessé, au visage, à la main, et à bon nombre d’autres endroits. Chaque douleur me baignait. Me berçait. Un éclat dans l’air attira mes yeux cyans. Une lame. Une blancheur. Je souris. Le combat était gagné d’avance. J’attrapais mon arme et je sentis battre contre elle mon propre pouls. J’étais entière. Ils étaient morts. La salle de bal résonna bientôt des échos de nos lames s’entrechoquant. Mon arme dansait, inlassable chasseuse de sang. Blessant l’ennemi. Coupant sa peau fine. Parant ses attaques veines. Pourtant d’autres coupures se dessinaient sur mon corps. Mais je ne reculais plus. Un instant. Un seul. Et il était mort.
Je sentais derrière moi le dos d’Akio. Devant moi, Il était là. Se tenant fier. Son katana décrivait un cercle parfait. Droit vers ma nuque. Ma vision périphérique m’avertit d’un autre danger. Un chien. D’un geste je tournais mon arme, lame vers le sol. L’acier tinta. Je grimaçais, repoussant avec peine la force du jumeau. Sa lame se stoppa à quelques millimètres de ma nuque. Mais cette attaque n’était rien. Des crocs puissants venaient de se refermer contre mon mollet. C’était étrange. Les morsures ne m’étaient pas inconnus, Anshin prenait souvent mes membres pour des jouets. Mais un léger vertige m’avertit de mon erreur. Un voile passa devant mes yeux. Fugace. Suffisant pour que le plat de la lame de mon adversaire atteigne mes côtes me faisant trébucher. Déjà je sentais mon sang glacé faire son effet, ralentissant le poison. Pourtant. Je me sentais déjà plus au top de ma forme. Je souris. Je ne mourrais pas. Pas maintenant. Je les tuerais avant. J’entendis un bruit derrière moi. Sourds. Les genoux d’Akio venaient de percuter le sol. Suivit de ses mains. MAINTENANT ! Je me retournais. Il était à quatre pattes sol. Son adversaire me fixa droit dans les yeux. Il comprit. Il avait peur. Il n’avait plus d’issue. Il voyait au fond de mes yeux son propre destin. Est-ce que sa vie défilait dans ses yeux ? Peut être. Ce n’était pas mon affaire. D’un bond j’étais sur le dos d’Akio, surplombant son ennemi de toute ma hauteur. Je souris, laissant éclatant mes dents blanches à la lumière artificielle. Un rire cristallin s’échappa de ma gorge alors que mes deux mains se posaient sur la poignée. La lame s’enfonça dans bouche entrouverte. Je sentis des résistances. Chair. Cartilage. Os. Heureusement je ne touchais pas la colonne vertébrale. Ma lame me fit la beauté de ressortir dans le dos de l’ennemi. Du sang s’écoulant de sa bouche, laissant ma lame se souillait. Pourtant, j’exultais. Mon pied se posa sur la poitrine du mort et le poussa vers l’arrière. Mon katana sortit de ses entrailles, gardant sur son acier les restes de ce combat funeste. Je souris, toujours sur mon trone. D’un coup je me marre, m’incline légèrement, laissant échapper dans un murmure un « bonne nuit » ironique. [ Rolling Eyes Faut connaitre Mauss, Mon ange pour comprendre l’allusion ]

Je descendis de mon trone, faisant face à mon propre adversaire, un sourire cynique sur les lèvres. Je suis un ange un ange ivre, faisant le mort jusqu’à ce que les battements des combats affluent dans ses veines. Et d'un coup me ramène à la vie.

Et là. C’est la mort. Les histoires finissent presque toutes ici.





Beatus vir qui suffert tentationem
Quia cum probates fuerit accipient coronam vitae
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akio Satô

avatar

Surveillant(e)


Messages : 12
Experience : 33
Date d'inscription : 16/11/2009

Sky-Children
Arme: n/a
Nom de la Bête: Norah
Type de Bête: Panthère des Neiges

MessageSujet: Re: [SCENARIO DU BAL n°1] Soirée Costumé [Sujet Principal]   Ven 19 Fév - 3:11

Les coups affluaient. Encore et encore. Mais la balance était de nouveau équilibrée. Ce cher chien devant moi recevait autant de coup que moi. C’était bien plus amusant ainsi. Mon arme contra une de ses attaques, frôla son bras, écorcha sa peau et reviens en position. Un clignement de paupière suffit. Lorsque mes yeux se rouvrirent il n’était plus là. Une douleur violente irradia mon ventre. Son genou venait d’entrer en contact avec mon estomac. Je me pliais en deux face à la douleur. Un nouveau coup contre mon dos, celui de la poignée d’une arme contre ma colonne vertébrale. Mes genoux se fracassèrent contre le sol. Ma main lâcha mon arme qui retomba près de moi. Le souffle court je reprenais ma respiration. Assez vite pour ne pas risquer ma vie dans ce genre de combat. Pas assez pour que Loo n’en profite pas. Un poids, de nouveau, sur mon dos. Son pied parfaitement posé à l’endroit où le coup m’avait été assigné. La saleté. Je ne bougeais pas, malgré mon animosité envers elle je ne pouvais pas risquait sa vie. Si elle était là, c’était qu’elle avait un plan. Mes yeux se levèrent alors que la lame transperçait le jumeau. Je fronçais les sourcils. Je connaissais assez la jeune fille pour connaître son effrayante précision. Elle aimait le travail propre. Même dans ses états de folie elle s’efforçait de montrer un certain esthétisme à ses meurtres. La lame aurait dut être stoppée par la colonne vertébrale, donnant à mon adversaire un air de stèle, de fourreau. Je l’imaginais bien représentait excalibur sortant de son rocher. Sentant le poids me quitter je me redressais. Un léger coup d’œil derrière moi fis taire un instant mes inquiétudes. Elle était là. Forte et fière.
Bon, on a encore un jumeau à tuer, je n’allais pas laisser ce plaisir à Loo. Ma lame décrivit un cercle parfait et vint couper la tête mon ancienne adversaire avec une netteté parfaite. La tête roula un peu sur le côté. Parfait. Mon pied vint percuter l’arrière du genou de Loo. Je l’entendis trébucher vers l’avant. Continuant mon geste mon pied droit vint se placer sous la tête, la soulevant un instant. Frangin tu va me haïr. J’arrive même à détourner nos jeux d’enfant en instrument de meurtre. La tête vola, le regard ébahit du cadavre ironisant la scène. Mon pied la percuta avec violence, un coup de pied circulaire. La tête fonça, frôla la tête de la princesse des glaces et percuta celle de son frère. Je souris. Une dague brilla entre mes doigts. Mortelle. Alors que la tête retombait mollement sur le sol ma dague vint se ficher entre les deux yeux de l’adversaire de Loo. Il tomba. Je souris. Mes yeux se posèrent sur Loo, triomphant. Elle allait se levait, me grognait dessus. Me frapper peut être.

Elle ne fit rien.

Je ma agenouillais près d’elle. J’entendais sa respiration sifflante. Mes yeux se posèrent sur sa jambe, un légère couleur violette s’échappant de sa blessure. Poison. « Merde » Laissais-je échapper. Je me doutais que ce n’étais pas le gentil poison. Ces chiens, comme leurs maitres étaient des assassins. Mon seul espoir était que le sang glacial de Loo ai un effet salvateur. Elle leva la tête et commença à se redresser. Je fis de même, restant près d’elle au cas où. Personne n’avait le droit de la tuer. Cela m’était réservé ! Je voyais dans ses yeux cet éclat effrayant. Sa folie la préservait du poison. Autant qu’elle la tuait. Ainsi allait la survie de la princesse des glaces.
Mon regard se posa sur notre dernier adversaire. Il était là, avec ses bonbons. Dangereux. Toutes son aura reflétait une folie qui ne m’était pas étrangère.

Le jeu s’intensifie. Le boss entre en scène.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Superviseur

avatar

1ère Année


Messages : 28
Experience : 37
Date d'inscription : 23/12/2009


MessageSujet: Re: [SCENARIO DU BAL n°1] Soirée Costumé [Sujet Principal]   Dim 28 Fév - 15:42


Le final approchais. Je le sentais. Il résonnait dans la pièce, diable tapit dans l’ombre réclamant l’âme des jumeaux. Leurs morts en elle-même m’importaient peu, il était temps pour moi de changer de collaborateur. Non. Ce que je voulais voir, le vrai spectacle auquel je voulais assister était la mise en scène de cette mort. Depuis le début du combat, ce couple de guerrier avait montré un style particulier, sanglant certes, particulièrement cynique mais essentiellement divertissant. Deux nouvelles dragées trouvèrent le chemin jusqu’à ma bouche. J’imaginais leurs petits cris stridents sous mes puissants coups de mâchoire. Devant moi le combat se ralentit, figeant presque la scène. La princesse était sur son trône, de mauvaise qualité certes. Droite et fière. Sa lame blanchâtre se tenant devant Jake, elle le laisser contempler l’arme causant sa perte. La tension dans la salle était si forte que j’en oubliais de mâcher, les cadavres gélifiés se déposaient sur ma langue. La lame s’enfonça en silence, laissant le magnifique rouge de la vie s’étendre sur le tableau et faner lentement. Quelle belle mise à mort, si ces eux là n’avaient pas fait parti du mauvais camp nous aurions put former un trio prometteur et efficace d’assassin. Son jumeau ne tarda pas à le suivre, dans un style plus sportif de la part du grand baraqué. User ainsi de son environnement est, pour un guerrier, une qualité très utile. Savoir user des cadavres de ses ennemis comme une arme est, certes peu fréquent, mais assez déstabilisant pour être efficace. Malgré la brutalité du premier geste, la mise à mort fut propre et soignée, une dague se fichant entre les petits yeux de ce chien effrayé de Jack.

Gentils 2 – Méchant 0

Du moins, 0,5, étant donné le poison qui faisait sa route dans les veines de la jeune fille. Et mais, attendez ! Si les deux idiots étaient morts cela signifiait que c’était à moi de travailler. Argh ! Enfer et Damnation. Par répit, je m’approchais d’eux, mon pouvoir s’activant un peu plus à chacun de mes pas. Mon pouvoir est rarement appréciais par mes ennemis. Ni par mes collègues d’ailleurs. Télépathe. Liseur de pensée. Violeur d’esprit. Tant de dénomination que j’acceptais avec honneur. Fouillant dans leurs esprits je trouvais leurs pouvoirs. La glace. L’un la fabriquait et la contrôlait. L’autre en était constituée, gelée de l’intérieur. Je souris, ainsi elle avait donc une chance de survivre au poison. Mais pas à moi. Dommage. Ouvrant les bras vers le ciel, je les leurs dis :

« Que le spectacle continue ! »

Je ramassais les deux épées des jumeaux dans un pas tranquille. Ils n’attaqueraient pas. Je le sentais. Je le lisais. Elle reprenait des forces. Il la soutenait. Si ce n’était pas mignon. Je fis légèrement tournoyer les armes, légères, parfaitement équilibrés. De bon outils. D’un bon j’étais sur le manipulateur des glaces, Akio, selon son esprit. Mes coups furent parés avec difficulté. Je souris. Il avait de la force. Me glissant entre les deux je contrais et esquivais leurs attaques avec la longueur d’avance qu’il leur manquait. J’étais au moins aussi doué à l’épée, mais à leur malchance je savais tout d’eux.

Sans exceptions…Même si je ne me préoccupé que de l’utile.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loo

avatar

2ème Année/Admin


Messages : 50
Experience : 168
Date d'inscription : 27/10/2009
Age : 26
Age du personnage : 17 Ans
Situation : Célibataire

Sky-Children
Arme: Katana
Nom de la Bête: Anshin
Type de Bête: Loup Ailé

MessageSujet: Re: [SCENARIO DU BAL n°1] Soirée Costumé [Sujet Principal]   Lun 1 Mar - 11:05

Je continuais d’attaquer, inlassablement. Pourtant, ma lame ralentissait. Mes pas se faisaient plus lourds. Mes gestes moins précis. Je sentais dans mon corps une douleur lançant qui se propageaient dans mes nerfs. Le pied de mon adversaire s’enfonça dans le creux de mon estomac. Mon souffle fut coupé, je me courbais sous la douleur. Ouvrant les yeux, je ne vis que le sol mouvant sur mes pied, les contours des pavés se floutant doucement. Une nouvelle douleur, plus légère cette fois, presque contenue. Mon genou lâcha, percutant le sol avec violence m’emportant dans sa chute. Mes mains se resserrent sur le sol froid. Akio. J’allais le tuer. Dès que les ennemis seraient morts je lui saute dessus et je le découpe en million de petit morceau. Une toux me pris dans la poitrine, fermant les yeux j’avais l’impression d’expulser mes faibles poumons par la gorge. Un goût métallique régnait dans ma bouche. Etrangement écœurant. Quelques gouttes de sueurs perlèrent sur mon front et tombèrent sur le sol, où elles se mêlèrent à mon sang. Mon sang, d’où venait-il. De quelle blessure. De ma toux ? Je savais le poison. Je savais le combat qu’il menait au creux de mes veines. Pour me tuer. Pour survivre. Dans tous les cas l’un de nous deux devrait mourir. Ou peut être les deux.
Sortant de mes songes, je restais dans le silence. Plus de combat. Plus de gémissement de douleur. Plus respiration haletante sous l’enchainement de mouvement. Juste cet air sifflant qui s’échapper avec difficulté de ma bouche. Levant les yeux je ne vis que la silhouette floue de mon ennemi, étendu sur le sol. Raide. Je soupirais. 1- 1. Akio remontait. Je savais qu’il était là, accroupi à mes côtés. Son inquiétude m’énervait, bien que je sache qu’elle n’était dut qu’à son désir d’être celui qui me tuerait. Je ne lui ferais pas le plaisir de me regarder un instant de plus dans ces moments de faiblesse. D’un geste lent, je relevais la tête croisant ainsi le regard de notre dernier adversaire. Mes yeux turquoise se plongeant dans ses yeux rubis. Ses yeux couleurs sang. D’un geste hésitant je me relevais, chancelante. Ma main passa sur mon front, épongeant rapidement les quelques gouttes de sueurs. J’avais chaud. Trop chaud. Mon corps ne supportait pas la fièvre. Notre adversaire nous observais, ramassant une à une les épées des cadavres. Il était tranquille, nul peur dans son attitude. Il venait d’assister à la mort de deux de ses collègues et n’avait même pas une seule appréhension. Soit il était idiot. Soit très puissant. Soit il cachait un secret qui lui offrait une assurance telle. Mes doigts se resserrent sur la lame de mon arme. Mon temps était compté, car même si mon sang détruisait le poison je n’aurais bientôt ni la force, ni la capacité de combattre.
Il s’attaqua à Akio, je le laissais, observant ainsi ses mouvements. Il était rapide, son style de combat se rapprochait fortement du notre. Mais il y avait quelques de perturbant dans ses coups, ses mouvements, ses impulsions. Chaque coup d’Akio était facilement contré. Il se retrouva pris au piège entre nous deux. Je m’activais soudain, attaquant avec ferveur l’adversaire qui ne devait pas être plus âgés qu’Akio. Mes attaques étaient elle aussi contrés avec une facilité déconcertante. Pourtant nous continuons sans relâche, il maniait avec habileté chacune de ses armes. Ambidextre. A côté de lui les jumeaux semblait être des amateurs, il tenait en respect de combattant entrainé avec la facilité d’un maitre d’arme.





Beatus vir qui suffert tentationem
Quia cum probates fuerit accipient coronam vitae
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Loo

avatar

2ème Année/Admin


Messages : 50
Experience : 168
Date d'inscription : 27/10/2009
Age : 26
Age du personnage : 17 Ans
Situation : Célibataire

Sky-Children
Arme: Katana
Nom de la Bête: Anshin
Type de Bête: Loup Ailé

MessageSujet: Re: [SCENARIO DU BAL n°1] Soirée Costumé [Sujet Principal]   Lun 22 Mar - 10:52

[ HJ : Pour finir rapidement ce scénario je vais accélérer le mouvement et donc le sujet va devenir étrange xD. ]

Loo :

Je fronçais les sourcils, moi et Akio attaquions sans relâche sans qu’un seul nos coups n’atteignent leur cible. Je serrais des dents, la fatigue et l’adrénaline me poussait dans une rage difficilement contenue. Comment faisait-il putain ! Aucun guerrier ne pouvait être assez habile pour prévoir comme il le faisait les attaques de ses adversaires, car c’était exactement de la prévoyance. Ses pas, sa posture, tout se préparait à nos attaque avant même qu’elle soit lancé. A l’instant même où elle était pensait. Je devais m’en assurer. Je m’avançais vers lui, mon esprit focalisé vers une attaque sur sa droite. Il était près. Ses pieds se tournèrent de quelques centimètres, sa lame s’abaissa attendant mon coup. Arriver devant lui ma lame se courba et attaqua son côté gauche. Il contra. Avec un temps de retard. Je souris. Un simple signe de tête à Akio et il comprit. Le surveillant se mit à attaquer sans relâche, omnibulant totalement notre adversaire. Je me reculais, juste assez pour ne plus être à portée d’attaque. Ma respiration se faisait de plus en plus haletante et je sentais mon cœur ralentirent dans ma poitrine. Rapidement. Je devais en finir rapidement. Comment le combattre si il connaissait toute mes attaque avant même que je ne les lances. Lire dans les pensées quel pouvoir redoutable. A moins qu’on ne le retourne contre lui. Je souris. Si il y a une chose dont me savais capable dans l’état où j’étais c’était de séparais mon corps et mon esprit suffisamment pour que l’un agisse sans l’autre. Cela ne serait par contre pas suffisant contre un adversaire aussi doué. Un sourire coquin, le premier de ma vie, apparut sur mes lèvres, j’allais m’amuser. Fermant les yeux je laissais mes pensées se gaver des images voluptueuse de mes nuits sauvage avec Akio. De nos corps s’entremêlant dans des danse endiablé et violente. De la passion funeste de nos étreintes. Mon corps s’activa alors que mes pensées se perdaient dans la coquinerie de nos nuits. Mes attaques se faisaient plus violente, moins réfléchis, mais surtout automatique. J’étais passé en mode arme, froide et métallique, dépourvue de sentiment. Et cela fonctionnait, mes coups touchais peu à peu le corps de l’ennemi.

Zack :

Je m’amusais. J’exultais. Ces deux là étaient doués, il fallait le reconnaître, malgré mes pouvoirs ils me survivaient plus de quelques minutes. Leurs défenses, bien qu’imparfaite, restait redoutable. Akio m’attaquais, inlassablement. Je contrais avec facilité chacun de ses faits et geste et lui assigné des coups violents mais peu dangereux, je voulais que le jeu s’éternise. Je ne recevais plus que des attaques de celui-ci d’ailleurs, la jeune femme avait-elle succombé au poison ? Je me concentrais vers elle et fut surpris de rencontré de telle pensée. C’était si intime. Qu’est-ce qu’elle foutait putain ! Ce n’était pas le moment de penser à sa ! D’un geste j’assignais à Akio un puissant coup de garde contre sa nuque et, sans le regarder tomber, je me retournais vers la jeune femme. Mes deux lames eurent juste le temps de se croiser pour contrer son katana qui s’abattait sur moi. Je rageais. Comment faisait-elle ?! J’avais remarqué que son état mental était des plus instables mais je n’aurais jamais imaginé qu’elle soit capable d’aller jusque là. Ses pensées affluaient dans mon esprit, je ne pouvais pas interrompre cette vague de pensée érotique de mon esprit. Mes attaques se faisant moins efficace, mes contres moins puissants. Mes rougissements eux, s’accentuaient.

Akio :

La violence du coup m’avait assommé. Etendue sur le sol je sentais une douleur diffuse parcourir ma colonne vertébrale et s’abattre sur mon crâne. Il allait me le payer. Difficilement je me redressais, mes jambes chancelantes sous mon poids. Ma vue flou retrouva lentement sa netteté. Loo combattait. Ses coups atteignaient son adversaire qui semblait très déconcentrée. Je souris. Ma vieille ennemie avait donc découvert la faiblesse de ce minot. Je me demande ce que cela peut bien être. Ce n’était pas le moment. Je me levais, laissant la jeune fille se débrouillais pendant que je retrouvais mes esprits. Zackary reculait vers moi. Bien. Mon katana s’abattit sur son épaule et un éclat de sang se propagea dans la salle. Je souris à Loo. Elle semblait pourtant ailleurs. Comme lors de ses crises de folie. Machine à tuer. Aie. Cela signifiait que même en abattant cette ennemi là je devrais la combattre elle pour la calmer. Ce n’était pas la question du moment. Nous attaquions à présent ensemble et, même si mes attaques étaient presque toujours contrées. Je vis Loo attaquait. Tout s’enchainait dans mon esprit, c’était le moment idéal. J’attendis. Notre adversaire esquiva l’attaque de ma coéquipière. Mon bras se caler sous la gorge de mon ennemi et je le plaquais violement contre le mur. Je souris, calant mes yeux émeraudes dans les siens, mon avant bras plaqué contre sa gorge. Je sentais sous ma peau son pouls s’affolait sous l’étranglement. La fin du combat approché. Je lui fis lâcher ses armes. Il ne pouvait plus m’échapper à présent !

Loo : Je souris. Mes attaques atteignaient enfin leur but. Mes pensées affluaient toujours, remonte à notre première nuit, Akio avait finit par se prendre ma dague dans la jambe. Nous n’étions pas des amants. Nous étions des rivaux adeptes de tous les défis. Je sautais, lançant une attaque verticale assez violente pour fendre en deux le crâne de notre adversaire. Il esquiverait. Je le savais. Lui aussi. Mais ce qu’il ne savait pas, ce dont il ne pouvait même pas se douter, c’était que cela avait tout de prévu. J’avais remarqué que ce lourdaud d’Akio était sorti de sa léthargie et de retour dans le combat. Je ne pourrais jamais gagner sans lui. Je ne pourrais jamais le laisser gagner. Notre adversaire esquiva habilement, je souris, le final s’approchait comme le requiem qui résonnait dans ma tête. Je m’arrêtais. Laissant mes pensées reprendre le contrôle de mon esprit. L’adversaire était immobilisé, Akio l’étranglant contre le mur. La vague de plaisir qui se dégageait du surveillant était aussi effrayant que jouissive. Il ne valait pas mieux que moi, il aimait autant le sang et se sentir assez puissant pour contrôler le destin de son adversaire. Pourtant je ne pouvais le laisser faire, il allait gagner. Je voyais notre adversaire se décomposer peu à peu par le manque d’air. Une idée germait mon esprit, et, voyant les yeux de l’adversaire se décomposer je compris qu’il en avait eut vent dans ma tête. Je lui fis un clin d’œil. Je ne le tuerais pas. Enfin peut être. Je sentais qu’il pourrait m’être utile. Je me retrouvais derrière Akio, admirant un instant son dos musclé. Je souris. Ma lame se dressa et, sans le prévenir, en traitre, je lui enfonçais la lame de mon katana dans l’épaule. Un léger résistant. J’avais une excellente mémoire et la soif d’apprendre. J’avais dévoré des livres de médecine et d’anatomie. Je connaissais le corps humain sur le bout des doigts, sachant avec habileté là où sa tuait et là où sa ne tuait pas. La lame s’enfonça dans l’épaule droite d’Akio, dans l’épaule gauche de Zack et teinta contre le mur. Ils vivraient tout les deux. Ils saigneraient tout les deux. Mon corps se collé à celui d’Akio alors que je retirais lentement ma lame leurs tirant des gémissements de douleurs. Mais tout n’allait pas parfaitement.

Titubant un instant ma main se posa sur mon ventre où une tache rouge grandissait sur mes vêtements.

Akio :

La douleur fut fulgurant, je sentais la lame s’enfonçais dans mon épaule avec la lenteur d’une berceuse. Elle avait osé. Elle me haïssait tant que ça. Nous étions des adeptes des coups bas depuis notre rencontre, mais jamais de blessure aussi profonde et douloureuse. Du moins. Je n’étais pas le mieux placé pour parler. Dès que la lame s’était enfoncée dans mon épaule ma main droite avait sortie une dague. Lame vers l’arrière j’avais sentie le corps de l’élève s’enfonçait sur l’acier. Je ne savais pas où je l’avais blessé, mais je sentais le sang couler le long de mes doigts. Les lames quittèrent les corps. Je regardais notre adversaire glisser contre le mur, sombrant dans l’inconscience. Son endurance était minable, mais ses qualités combler ce petit manque. Je me retournais, Loo posait fermement sa main sur sa blessure. Elle était mal. Je le voyais. Pourtant, elle pris la peine de me regarder et de murmurer, assez fort pour que je puisse l’entendre :

« Deux à un…on dirait que j’ai gagné »

Oui, elle avait gagné, elle avait vaincu deux des adversaires alors que je n’en avais battu qu’un. Je la rattrapais de justesse alors qu’elle s’effondrait au sol, inconscience. L’adrénaline qui la tenait debout avait quitté son corps ne la laissant qu’avec la fatigue et la perte de sang. Sa folie aussi l’avait quitté durant un instant. Je m’accroupis près d’elle, lui administrant rapidement les premiers soins en bandant ses blessures avec les restes de ma chemise.

« Ouais…t’as gagné »

Lui fis-je en déplaçant une des mèches de son front fiévreux. J’oubliais trop souvent qu’elle n’était qu’une deuxième année, qu’une gamine. Elle avait dans son passé bien plus de combat que beaucoup, pourtant elle n’en restait pas moins une élève en apprentissage. Cela ne me rassurait pas, à ce train là lors de sa septième année elle aurait largement dépassait mon niveau. Je ne voulais pas mourir. Je ne voulais pas la tuer.

J’avais beau la haïr la mort serait une délivrance trop douce.

[Fin du combat ]






Beatus vir qui suffert tentationem
Quia cum probates fuerit accipient coronam vitae
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Superviseur

avatar

1ère Année


Messages : 28
Experience : 37
Date d'inscription : 23/12/2009


MessageSujet: Re: [SCENARIO DU BAL n°1] Soirée Costumé [Sujet Principal]   Dim 28 Mar - 23:02

----------------------

Une lueur apparut dans le ciel, illuminant ce toit remplis d'obscurité, illuminant la salle et ses alentours, ce lieu fumant et en sang. Une sorte d'aurore boréale se trouvait dans le ciel, entourant entièrement l'Institut Tsubasa. Il s'agissait d'une énergie, énergie inconnue mais d'une grande douceur. Sa lumière était de multiple couleur, elle vibrait, dansait haut dans le ciel, laissant tomber une multitude de gouttelette, faisant penser à des poussière d'étoiles tombant sur le sol de la Terre. Elles étaient d'une chaleur imposante, douce et calme, elle tombait sur les arbres, sur leurs feuillages, éclairant entièrement la forêt se trouvant à côté, tel de multiples feu-follet, esprit de la forêt. L'on pouvait penser que dans ce lieu, le ciel s'embrasait comme au lever du soleil... pourtant, la nuit et la lune était toujours au rendez-vous...
Différentes lumières entouraient Loo et Akio... le vent soufflait et ces deux personnages étaient entourés par divers lumières, s'embrasant au fur et à mesure que les secondes passaient. D'un seul coup, un éclat illumina le lieu ou ils se trouvaient, les aveuglants, la chaleur prenait leur corps à tous, une douce chaleur, d'un calme et d'une gentillesse imposante. Le Temps et l'Espace semblaient distordu, tout n'avait plus aucun sens, l'on pouvait ne plus sentir son propre corps, aucun sens n'était présent, seul la chaleur était là, c'est alors que tout les deux disparurent dans la lumière impressionnantes... ce voyage les endormit alors, tel une douce mélodie au capacité anesthésiante. Les lueurs finirent pas s'éteindre tel des bougies qui finirent par se consumé... tel des étoiles qui venaient de mourir à l'autre bout de la Galaxie...


----------------------

[Suite => Infirmerie: Légèrement blessé... ou presque...]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé








MessageSujet: Re: [SCENARIO DU BAL n°1] Soirée Costumé [Sujet Principal]   


Revenir en haut Aller en bas
 

[SCENARIO DU BAL n°1] Soirée Costumé [Sujet Principal]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TSUBASA GAKUEN :: TSUBASA GAKUEN :: Lieux Divers :: Salle de Fête-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit